top of page

S'occuper de ses oignons

2021

durée 1 heure 30 minutes, 10 kg d'oignons, ustensiles de cuisine, participative

au festival Traverse Vidéo, à Prep'Art, Toulouse

​Captation et montage vidéo © Adrien Canto

« Le personnel pénètre la sphère publique sans fracas mais avec une rare intensité quand Socheata Aing choisit de S’occuper de ses oignons (2019) en coupant dix kilos pendant une heure et demie, et qu’elle invite le public à l’aider.
Les larmes provoquées par le souffre contenu dans les bulbes ont tôt fait d’être remplacées par des larmes venues du cœur. Le discret reniflement du début monte crescendo jusqu’aux gros sanglots, devant tout le monde, sans gêne. Les oignons sont une excuse et un rempart contre la honte de pleurer aux yeux du monde. Malaise ou empathie, c’est selon. On prend pourtant le couteau et on coupe à son tour, à côté de l’artiste en pleine catharsis, jusqu’à venir à bout de la pile de légumes et de chagrins.
Les larmes collectives remplacent les câlins de réconfort. Les raisons du spleen ne seront pas dites à haute voix ; on les engloutira, ensemble, dans la soupe aux oignons qu’elles auront assaisonnée. »
   
Horya Makhlouf

Remerciements à Adrien Canto, Naomi Henry, Simone Dompeyre, Antoniy Valchev, Romain Lefèvre, et tous les publics présents.

Merci Horya Makhlouf pour ce beau texte.

bottom of page