top of page

Lâcher prise

2018

photos papiers personnelles 10 x 15 cm, autel bouddhiste de ma défunte soeur, javel, plat pyrex, épiscope, vidéo-projecteur, encens

avec le groupe AC/DC isdaT à la Cuisine centre d'art et de design de Nègrepelisse

photos © Karine Marchand

Devant une foule intriguée, soudainement projetée dans l’intimité d’une anonyme, Socheata Aing présente un autel peuplé de photographies par dizaines. Une par une, elle les prend et raconte, aux inconnu·e·s rassemblé·e·s autour d’elle, l’histoire de sa famille par l’anecdote, le décès d’une de ses sœurs , le sourire d’une autre, le lieu ici visité ensemble ; elle pose un nom sur des visages toujours chéris par elle, d’abord étrangers
pour les autres, bientôt devenus familiers pour tou·te·s. Et puis, délicatement, dans le bac de javel posé devant elle, elle les lave, une par une, jusqu’à retrouver le blanc mat et neutre du papier photo. Les couleurs se liquéfient jusqu’à fondre complètement, les sourires se noient, les yeux disparaissent.
 

Comment ose-t-elle ? L’apparente profanation se fait dans la douceur la plus extrême. L’image figée d’instants passés à jamais a disparu dans les ondoiements de l’eau trouble ; que reste-t-il du souvenir ? S’est-il enfumé avec son support?


Horya Makhlouf

Remerciements à Yvan Poulain, Serges Provost, Yves Caro, à tous le groupe AC/DC isdaT, Karine Marchand

lacher_3.jpg
lacher_2.jpg
lacher_4.jpg
bottom of page